1 tagged article 2 décembre

2 décembre 02/12/2013

2 décembre
2 décembre
2 décembre

 
Vermine
 
Repasser, laver, plier, cuisiner, ranger, repasser, laver, plier, cuisiner, ranger, repasser, laver, plier, cuisiner, ranger, repasser, laver, plier, cuisiner, ranger... Il ne voulait pas y retourner. Cette maison lui rappelait son ancienne vie, non, existence, monotone, atroce et ponctués de coups. Ça aurait fait quarante ans, quarante ans aujourd'hui qu'il aurait servi les Malfoy. Ce nom lui arracha une grimace.  Les Malfoy, des lâches, des bourreaux.
 
Un père tortionnaire, foncièrement mauvais, préférant l'argent, la gloire et l'honneur à l'amour et la justice. Un homme ayant trouvé une famille à son niveau, famille exactement comme lui, famille masquée vêtue de noir, troupeau de moutons complètement fous suivant son bon berger. Un Mangemort aveuglé par ses idéaux et ses rêves de grandeur, étant prêt à tout, même à faire pénétrer son fils dans sa dangereuse secte.
 
Ce fils, d'un égo surdimensionné, l'esprit enserré dans un étau paternel inflexible et suivant, ignorant, la gigantesque allée marbrée tracée et dictée par son géniteur. Fils riche, mal élevé mais surtout fils unique d'une ligné de sang-pur. Un lâche, un traître arraché à son enfance bien trop tôt et terrorisé par la majestueuse épée de Damoclès en suspension au-dessus de sa tête. Un gamin l'ayant fait souffrir d'innombrables fois mais n'ayant jamais été disputé par sa mère.
 
Une femme faible et prête à tout pour le bon plaisir de son fils, s'en voulant pour la vie qu'elle et son mari lui avait destinée. Une femme ayant été belle mais vieillie prématurément par la peur et la fatigue, terrorisée par le devenir de sa famille et s'en remettant à sa s½ur, la mauvaise personne.
 
Oh cette s½ur, cette folle, cette sadique, ce monstre sans c½ur et sans scrupule. Cette malade prête à tuer son propre cousin*. Cette femme se comportant comme un gentil chien avec son maitre et remuant la queue pour avoir sa récompense.
 
Pathétiques, ils étaient tous pathétiques. Ces petits êtres terrorisés se réfugiant et se croyant protégés dans leur grand manoir. Manoir devenu quartier général pour l'occasion. Ils l'avaient toujours traité comme de la vermine, comme un objet, comme un esclave. Mais c'étaient eux la véritable vermine, ces répugnantes poussières justes bonnes à disparaitre. Abelforth** venait de lui demander de retourner entre ces murs, lui apprenant que Harry, son sauveur***, et d'autres « gentils » étaient là-bas. L'idée d'y retourner le répugnait, dans chaque recoin de la demeure un mauvais souvenir attendait, impatient de surgir à nouveau dans son esprit. Mais il devait y aller, il le savait. Tellement de choses reposaient sur lui, l'elfe de maison. S'il ne parvenait pas à les sauver, si l'Elu mourait, que se passerait-il ? Serait-ce la fin ? Chose inenvisageable.
 
Alors Dobby transplana, ne pouvant abandonner son ami, et réapparut chez ceux qui l'avaient tant de fois torturé. C'était la dernière fois, il le savait au fond de lui mais s'en fichait. Il les sauva, tous. Un à un il leur permit de quitter leur prison, d'échapper à la torture qui les attendait ou qu'ils subissaient déjà. Grâce à lui la chasse aux Horcruxes put continuer. Grâce à lui, le garçon-qui-a-survécu, encore vivant, put tuer Lord Voldemort. Grâce à lui le Bien triompha.
 
Lui Dobby.
 
Lui l'elfe de maison libre se vidant peu à peu de son sang...
 
Lui dont la lame glacée avait déchiré la peau...
 
Lui le héros tué par la vermine.
 
~*~*~*~*~*~
THE END
~*~*~*~*~*~
 
* Pour ceux n'ayant pas compris je parle de Bellatrix et pour ceux l'ayant oublié Lestrange était la cousine de Sirius Black qu'elle tue dans Harry Potter et l'Ordre du Phenix
 
** Au cas où, même si j'espère que ce n'est pas nécessaire x), je rappelle que c'est le frère de Dumbledore, que c'est lui qu'Harry voit dans son fragment de miroir et que c'est lui qui a envoyé Dobby sauver nos amis lors de leur petit séjour au manoir.
 
*** Est-il vraiment nécessaire de rappeler qu'Harry rend sa liberté à Dobby en faisant en sorte que Lucius lui confit le journal de Tom Jedusor où il avait caché sa chaussette, bien crade après sa visite dans la Chambre des Secrets ?
 
~*~*~*~*~*~
 
Vraiment très très court j'en suis désolée... N'hésitez pas à donner votre avis, ça me ferait super plaisir même si le 2 est passé et qu'on est en 2053 !
ps : Merci à une très bonne amie pour la correction des fautes


Votre Margaux

Tags : 2 décembre