1 tagged article 3 décembre

3 décembre 03/12/2013

3 décembre
3 décembre
3 décembre

 
Les yeux du fou
 
Ça fera bientôt trois mois qu'elle fuyait. Le Seigneur des ténèbres commençait à faire son marché, choisissant les ingrédients de choix qu'il souhaitait à ses côtés, et, malheureusement, elle était sur la liste. Serpentard, descendante de la grande lignée de sang-pur des Black, promise par le biais d'un mariage arrangé à Lestrange, sbire de Voldemort, ayant un fort caractère, des idéaux anciens dictés par  sa famille, étant ennemie de tous ces stupides rouge, jaune et bleu... Elle était parfaite.
 
Cependant elle avait peur, très peur. De plus en plus de force et de protection voyaient le jour dans le but de freiner, ou plutôt d'arrêter, le mage noir et dans la tête d'une gamine de sixième année ne pas se faire prendre était l'essentiel. Oui c'était lâche, et alors ? Ne serait-ce pas stupide de risquer la mort ou Azkaban pour les dires d'un beau parleur, puissant, certes, mais pas imbattable ?
 
Elle n'avait nulle part où aller. Sa famille l'encourageait sans cesse à rejoindre les rangs du mage et l'aurait dénoncé dès son arrivée entre les murs de sa demeure. Ses « amis » Serpentard, eux, bien trop lâches, avaient catégoriquement refusé qu'elle foule le sol de leur habitation, aller contre la volonté du maitre risquait de leur porter préjudice. Elle restait donc seule, changeant chaque nuit d'hôtel délabré. Londres était un vrai labyrinthe et elle avait beau se sentir en sécurité, elle savait pertinemment qu'il la retrouverait. D'ailleurs elle était étonnée qu'il ne l'ait pas encore fait, quoi que son sadisme explique surement cette lenteur. Il aimait jouer avec ses proies, leur faire perdre la tête. Il devait se réjouir de cette situation, la voir jouer à cachecache inutilement devait être jouissif pour lui.
 
Cette nuit-là, elle descendit dans un motel crasseux servant aussi de pub. Les regards gras et lourds de sous-entendus des ivrognes accoudés au comptoir la firent frémir et leurs remarques désobligeantes et perverses lui labourèrent le crâne. Ils étaient répugnants, abjectes. Comment avait-elle pu tomber assez bas pour fréquenter les mêmes lieux que ces déchets ? Elle se précipita vers l'escalier, dissimulant ses jolis trais derrière sa cape rêche. Elle arriva devant sa chambre, entra, posa son sac trop lourd pour ses frêles épaules et fit l'inventaire des lieux. C'était sale mais amplement suffisant pour dormir quelques heures et faire sa toilette. La lune éclairait déjà le ciel depuis un bon moment et c'est exténuée qu'elle se laissa tomber sur le matelas dont les ressorts lui blessaient le dos.
 
~*~*~*~*~*~
 
Elle sortit de la douche, de petites gouttes perlaient de ses cheveux bruns et broussailleux. Son visage était doux malgré les larges cernes violacés étalées sous ses yeux. Il était encore épargné de toutes marques du temps ou de tiques meurtriers car oui elle prônait la supériorité des sang-purs, oui pour elle Lord avait raison mais ça ne faisait pas d'elle quelqu'un de méchant, chacun avait ses croyances. Elle n'avait jamais fait de mal à personne et ne comptait pas prendre le risque de commencer. Elle s'habilla rapidement, passant sa robe noire rapiécée. Elle paraissait presque adulte comme ça, les cheveux en bataille et le buste moulé dans une tenue de vraie femme. Seule la lueur de terreur enfantine qu'abritaient ses yeux la séparait du monde des grands. Son sac était prêt, il ne lui restait plus qu'à partir et chercher un autre endroit où elle pourrait passer la nuit. Elle barra cet hébergement de sa liste mentale, dans celui-là elle ne risquait pas de revenir, il était encore pire que ceux où elle séjournait habituellement. Ses pensées n'auraient jamais pu être plus exactes. Le bruissement de tissu qu'elle entendit dans le couloir lui retourna l'estomac, oui elle ne reviendrait jamais. Elle saisit sa baguette prête à se battre. Un sortilège fut murmuré de l'autre côté de la cloison et la porte céda, laissant un nuage de voile noir se répandre dans la pièce.
 
- Alors comme ça tu as essayé de me fuir ? C'est mal, très mal. Un sourire sadique étira ses lèvres fines et sa voix sifflante résonna dans la minuscule chambre.
 
Sa capuche tomba sur sa nuque et elle aperçut les yeux de fou. Ces pupilles dilatées et terrifiantes pleine de haine, de colère et d'excitation. Elle était pétrifiée, elle avait basculé à cause de la puissance de l'entrée et ne parvenait même pas à ramper. Elle le regarda, impuissante, lever sa baguette, prêt à prononcer pour la énième fois de son existence le sortilège Impardonnable. Elle avait voulu jouer et elle avait perdu.
 
- Attends !
 
Il suspendît son geste. Bellatrix continuait de déchiffrer ses yeux, de lire en eux et, quand elle vit la souffrance, quand elle vit la détermination, quand elle y lut tous ses idéaux alors elle sut. Elle était aussi tarée que lui, peut-être même plus et une lueur de folie se mit à danser dans ses prunelles. Oh oui elle était folle car depuis quelques secondes, depuis qu'elle avait croisé son regard, elle était tombée amoureuse de sa grandeur.
 
- Je te suivrai n'importe où... murmura-t-elle.
 
- Je sais.
 
~*~*~*~*~*~
THE END
~*~*~*~*~*~
 
Euh... J'ai honte et presque peur de signer cet OS ! C'est la première fois que j'écris quelque chose d'aussi niais et mal rédigé !!! En plus il est court -.-' Franchement heureusement que c'est pas noté ! C'est une horreur et je félicite ceux ayant eu le courage de lire jusqu'au bout ! Quand le calendrier sera terminé j'essayerai de modifier ce OS en premier, c'est un cas d'extrême urgence !! J'espère que vous vous en remettrez x)
Malgré ce chocolat à la liqueur dégueulasse caché derrière cette case ça me ferait super plaisir d'avoir vos commentaires, même négatifs (comment ça je suis maso ?) ! ^.^
Demain c'est à Marie de vous faire voyager, j'ai besoin de dormir x) De toute façon vous pouvez savoir à l'avance qui poste quand grâce au sommaire avec des petits motifs de nos couleurs ;)
Bisou et merci de nous soutenir dans ce challenge qui nous tient à c½ur et qui est, je dois l'avouer, plutôt galère !
 
Votre Margaux

Tags : 3 décembre