• 462 visits
  • 17 articles
  • 158 hearts
  • 188 comments

9 décembre 09/12/2013

9 décembre
9 décembre
9 décembre

Poussière de lune
 
Il sentit une main posée sur la sienne, chaude et amicale, douce et délicate comme un pétale de rose. Instinctivement, il sourit, émergeant doucement de ce sommeil profond dans lequel il avait été plongé. Il chercha à étirer ses membres courbatus, mais la douleur que ce geste lui provoqua le fit gémir doucement.
Potter ouvrit un ½il, puis l'autre, cherchant des yeux la propriétaire de la main posée sur la sienne. Il ne tarda pas à le découvrir, lorsqu'un visage rond et pale fit son apparition devant ses yeux encore endormis.
 
« Harry ! Tu es enfin réveillé ! » S'exclama la jeune femme, heureuse et soulagée.
Ses longs cheveux blonds encadraient son visage avant de tomber sur son épaule, telle une cascade dorée. Ses grands yeux bleus le dévisageaient attentivement, prêtant attention aux moindre de ses mouvements.
 
« Luna » Dit-il d'une voix faible, laissant néanmoins échapper un sourire.
 
Elle lui sauta au cou avec joie et excitation, heureuse de retrouver son ami réveillé et en bonne santé visiblement. Elle manqua presque de renverser la montagne de cadeau qui attendait patiemment que leur destinataire les ouvre. Il grogna doucement lorsqu'il sentit la pression qu'exerçait la blondinette sur ses muscles encore endoloris, mais passa néanmoins une main dans son dos, serrant doucement ce frêle corps entre ses bras.
Au bout de quelques secondes, elle se détacha et reprit sa place sur la chaise près du lit.
 
« J'étais venue te déposer un cadeau. Je suis vraiment heureuse que tu sois parmi nous Harry ! » Dit-elle en lui tentant un paquet joliment emballé.
 
Il la remercia du regard, déchirant doucement le papier rayé aux couleurs de Griffondor. Entre ses mains se trouvaient à présent une petite fiole pailletée qui brillait de mille feux. Le jeune homme fronça les sourcils devant ce cadeau inattendu.
 
« Luna ? Qu'est-ce que c'est ? » S'enquit-il, agitant avec précaution le flacon. « C'est de la poussière de lune. » Répondit-elle de sa voix douce et apaisante. « C'est très rare ici, j'ai eu beaucoup de mal à en trouver. Tu te rends compte ? Il a fallu plus d'une centaine d'année pour rassembler une telle quantité ! La Lune doit avoir beaucoup pleuré pour laisser tomber tant de poussières. »
 
Devant l'innocence de la blondinette, Potter ne put s'empêcher de sourire. Il avait toujours aimé ce côté-là chez elle. Elle était différente. Il reposa doucement son cadeau avec les autres sur la table.
 
« La poussière de Lune à des pouvoirs magique très puissant Harry, tu sais ? Elle peut guérir n'importe quoi ! Même les maladies incurables. » Continua-t-elle, tout en souriant. « Il faut l'utiliser à bon escient. Par exemple si un jour toi et Ginny rencontrez des problèmes pour pro-»
 
« Merci beaucoup Luna ! » la stoppa-t-il avant qu'elle ne finisse sa phrase, ce qui aurait mis à nu les sentiments qu'il avait pour la s½ur de son meilleur ami. Il lui sourit tendrement, comme il aurait souri à la s½ur qu'il n'avait jamais eue.
 
« Tiens, puisque tu n'as rien à faire, laisse-moi te raconter une belle histoire... » Dit-elle brusquement, se déplaçant de la petite chaise au rebord du lit. Elle s'installa confortablement, se calant entre Harry et le mur.
 
Celui-ci arborait une tête ravie. Jamais durant son enfance, on ne lui avait raconté d'histoire, que ce soit pour s'endormir ou juste pour rigoler. C'était une chose qui lui avait manqué tout au long de sa vie, et qu'il était heureux de pouvoir rattraper avec son amie.
 
« Mon père avait l'habitude de me raconter cette histoire pour me border la nuit. Il me disait que c'était une histoire vraie, et que je devais y croire de tout mon c½ur » Commença-t-elle, la voix tremblante à l'évocation de ses souvenirs d'enfance. « On racontait que la Lune et le Soleil était tombés très amoureux l'un de l'autre. Mais l'univers avait été formé de façon à ce qu'ils ne puissent jamais se toucher. Pourtant, ils continuaient d'essayer, espèrent qu'un jour, enfin, on leur permette, rien qu'une fois de se toucher. Les années défilaient, une à une, et la situation ne bougeait pas. Et un jour, un étrange jour de mai, alors que sur terre les fleurs bourgeonnaient, la Lune effleura la surface du soleil. Elle fut tellement heureuse que les larmes coulèrent de ses yeux sous la forme de poussière qui s'éparpillèrent dans le monde entier. » La blondinette marqua une pause, reprenant son souffle. « Au même moment, sur la terre, une jeune femme était malheureuse. Elle aimait son mari, et voulait lui donner un enfant. Malheureusement, le destin en avait décidé autrement, et l'avait rendue infertile. Elle était dans le jardin, seule, à pleurer, lorsqu'une poussière de lune tomba sur son ventre. Quelque chose changea en elle à cet instant, et elle cessa de se lamenter. Quelques mois pour tard, elle fut capable de mettre au monde une petite fille, qu'elle aima de tout son c½ur avant de mourir. La poussière de Lune lui avait permis d'avoir un enfant, un seul, mais elle mourut avant avoir eu le temps de la voir grandir.... »
 
Des larmes brouillaient doucement les yeux de Luna, ses yeux d'un bleu azur d'ordinaire si joyeux. Harry posa sa main sur la sienne, cherchant à la réconforter du mieux qu'il le pouvait, peiné et touché par l'histoire de son amie.
Soudain, brisant la bulle confortable dans laquelle ils étaient installés, Mme Pomfresh fit irruption dans la pièce, un air sévère peint sur le visage. Alors Luna sut qu'elle devait laisser le malade se reposer. Après tout, il en avait bien besoin. Sans prononcer un mot, elle se leva, épousseta sa robe de sorcière avant de déposer un baiser sur le crâne de son ami.
 
« A bientôt Harry... » Murmura-t-elle.
 
Avant qu'elle n'ait eu le temps de franchir le seuil de la porte, il l'arrêta.
 
« Luna ! Attends ! »
 
Elle se retourna, surprise, et plongea son regard dans celui émeraude de son ami.
 
« Oui ? »
 
« Cette histoire ? » Commença-t-il, « C'est la tienne n'est-ce pas ? » Demanda-t-il, curieux.
 
Elle sourit simplement, un sourire mystérieux et rempli de beauté. Puis elle s'en alla, laissant le pauvre Harry avec sa petite fiole de paillette argentée dans les mains.
 
~*~*~*~*~*~
THE END
~*~*~*~*~*~
 
Hourra ! Personne n'est mort ! ... Attendez ! Personne n'est mort ? Pas possible ! Je ne me pensais pas capable d'écrire quelque chose de « joyeux » ! J'èspere que ma version de l'histoire de Luna vous aura plu ;) Dites mwa ce que vous en pensez, les amis ;)
Marie

Tags : 9 décembre

10 décembre 10/12/2013

10 décembre
.
10 décembre
10 décembre
.
10 décembre

Comme un grain de sable 
  
Ses yeux étaient fixés sur le plafond, perdu dans l'abyme de ses souvenirs et pensées. Allongé sur son lit, les bras bien à plat sur le matelas, Albus ne bougeait pas.
Il faisait nuit noire dehors et les volets, mal fermés, laissaient passer quelques rayons de lune, éclairant faiblement la petite chambre noire, et particulièrement ce lit, au fond de la pièce, vide depuis un an déjà.
Il soupira bruyamment, ses yeux bleus azur commençant d'ores et déjà à se brouiller de larmes aux souvenirs de sa s½ur défunte.
Il ne pouvait s'empêcher de penser à elle, elle le hantait jour et nuit, ne lui laissant aucun répit.
Il revoyait ses yeux vifs et brillants de bonheur, ses cheveux argentés qui tombaient élégamment dans son dos, formant une jolie cascade. Il entendait sa voix dans sa tête, et son rire, si doux, qui sonnait tel le tintement d'une clochette.
Elle lui manquait terriblement. Il aurait donné sa vie pour la sauver, elle sa petite s½ur, qu'il avait toujours promis de protéger quoi qu'il arrive.
Il se leva doucement, marchant vers ce lit qui représentait à présent une relique sacrée pour la famille Dumbledore, le dernier souvenir de la jeune et pure Ariana. Il tapota doucement l'oreiller, chassant la poussière qui s'était accumulée, et plongea son nez aquilin dans le tissu doux. Il sentait encore son odeur, un étrange mélange d'innocence enfantine et de senteurs fruitées, une odeur familière qui lui rappelait des souvenirs aussi douloureux que beau.
Dans son esprit, elle se blottissait contre lui le soir avant de s'endormir, se moquant de la barbe argentée qu'il laissait volontairement pousser. Elle s'amusait même souvent à la tresser, ou à y placer des tas de rubans de couleurs différentes. Cela ne l'avait jamais dérangé, pour sa petite s½ur, il était prêt à tout.
Puis il l'a revoyait, gisante sur le sol de la salle à manger, ses yeux grands ouverts et la main sur le c½ur a l'endroit exact ou le sort l'avait touchée.
Albus resserra son étreinte sur l'oreiller, le serrant comme s'il s'agissait de sa s½ur, comme si rien n'était jamais arrivé. Il ferma les yeux, laissant quelques larmes s'échapper de ses yeux fatigués. Il aurait tellement voulu lui dire un dernier mot, lui dire qu'il l'aimait plus que tout.
Pourquoi ? Pourquoi s'était-il battu avec Abelforth  et Gellert ?
 
« Je suis tellement désolé Ariana » Murmura t-il doucement, serrant le coussin contre son c½ur, son visage trempé enfouit dedans.
 
« Ce n'est pas ta faute Albus . C'est le destin. » Souffla une voix dans son oreille, un son presque imperceptible, et pourtant, il y reconnut la voix de sa petite s½ur. Il releva la tête, la cherchant du regard, espérant la retrouver, souriante et heureuse, espérant que tout ceci n'était juste qu'un cauchemar. Mais il ne vit rien, rien de plus que l'obscurité éclairée par la lune.
 
« Où es-tu Ariana ? » Demanda t-il doucement entre deux sanglots.
 
« Je suis là, dans ton c½ur. Ne m'oublie jamais, Albus...Ne m'oublie jamais.... »
 
« Je te le promet. Et bientôt, nous serons à nouveau réunit. Toi et moi, rien que tout les deux... »
 
Il sentit comme un courant d'air sur sa joue, et il sut à cet instant qu'elle était bien là, près de lui, venant de déposer un baiser sur son visage.
Son c½ur se serra. La vie était tellement fragile, un seul accident pouvait la briser. Cette pensée l'amena à réfléchir sur la valeur de la vie humaine en générale.
Il se rendit rapidement compte qu'il ne représentait rien. Il y avait des milliards de personnes sur la planète terre, et lui faisait parti de ses personnes là.
Il n'était qu'un grain de sable sur une immense plage, une infime particule qui, si jamais elle disparaissait, ne changerais rien au reste du monde.
Chaque être était unique, et chaque être mourrait un jour, sans bruit, ne laissant trace de leurs passages que dans les esprits des personnes qui les avaient connus.
 
~*~*~*~*~*~
THE END
~*~*~*~*~*~
 
Voilà cet OS vraiiiiiiment très court se termine sur cette dernière note philosophique. J'espère que vous avez aimé.
Sinon, je voulais vous remercier énormément pour vos commentaires qui me font sourire et me booste. Cela faisait un an que je n'avais pas réussi à écrire quoi que ce soit jusqu'au bout, et vous, lecteurs, vous me donnez vraiment envie de recommencer.
Alors merci merci, et mille fois merci <3
Sur ce, je prends 5 jours de « Repos » bien mérités ;)
Marie

Tags : 10 décembre

11 décembre 11/12/2013

11 décembre
11 décembre
11 décembre
Je l'avoue il n'y a pas beaucoup de rapport entre les gifs et le OS si ce n'est le personnage...
Vous n'avez qu'a imaginer Sirius plus jeune ! Je ne vais pas tout faire non plus  -.-' x)
 
Des illusions / désillusion
 
"Ces sales sang de bourbes sont des voleurs !"

Encore une fois ce discours revenait d'actualité. Pas un seul dîné de famille ne se passait sans que cette phrase soit prononcée. Ils étaient tous décidés à débattre et se lançaient corps et âme dans leurs tirades, voulant ce faire entendre. A chaque fois cette scène faisait rire Sirius, silencieux et sirotant discrètement dans le verre de son voisin. Pourquoi essayer de convaincre des personnes déjà d'accord avec eux ? C'était stupide. Tous les arguments se ressemblaient "ils n'ont pas de sang de sorcier", "ils n'ont pas été élevés comme nous", "à cause d'eux certains des nôtres sont des cracmols"... C'était pathétique. Franchement depuis qu'il était né ce sujet alimentait les discussions. L'éducation qu'il avait reçu le persuadait que ces idéaux étaient les bons mais pourtant il n'en parlait pas tout le temps, c'était lassant ! Entendre sa cousine Bellatrix cracher des mots abjects, Lucius venter leur maître et sa mère lui répéter sans cesse que c'était ça la marche à suivre commençait à le rendre fou. C'est vrai quoi, avoir un point de vue n'obligeait en rien à l'étaler de long en large, surtout lorsque l'ensemble de l'assemblée avait le même.
 
~*~*~*~*~*~*~
 
Le repas était fini, enfin, il commençait à ne plus le supporter. Il détestait vraiment cette famille et passer la soirée avec elle lui était insupportable. Il allait demander à sa mère un livre sur la magie, voulant s'enrichir un maximum pour être prèt et le meilleur lorsqu'il aurait l'âge d'aller à Poudlard. Plus qu'un an ! Il arriva devant le seuil de la chambre maternelle puis s'arrêta, entendant sa voix emplie de rage et la voyant tourner comme un lion en cage par l'embrasure de la porte. "Kreature ! Comment ce livre est-il arrivé là ?! Chut je ne veux pas le savoir ! Heureusement que je suis passée par la bibliothèque et que j'ai été cherché un vieux traité de magie dans des rayons presque jamais exploités ! Tu imagines ? Et si Sirius était tombé dessus ?! Déjà qu'à dix ans il est en marge de la famille et se rebelle, ça n'aurait rien arrangé ! Détruit ce bouquin demain, ce soir tu te ferais remarquer trop facilement discret comme tu es !"

Sirius décolla son oreille de portant de bois. Sa mère s'énervait certes souvent mais là son ton lui semblait différent, comme empli d'une inquiétude mal dissimulée. Mais pourquoi donc vouloir lui cacher l'existence d'un livre ? Et où était le rapport entre ce recueil et l'aggravation de son tempérament ? Il détestait cette baraque et tous ceux qui y séjournaient, toujours là à venter son stupide frère et sa sadique de cousine, mais un ouvrage n'y changerait rien... Si ?
 
~*~*~*~*~*~
 
Il avait furtivement récupéré le grimoire ancien. Il était poussiéreux, abîmé et ne laissait en rien transparaître son contenu, le titre s'étant effacé avec le temps. Sirius était en tailleur sur son lit, hésitant presque à ouvrir le livre presque vieux de deux siècles. Il se secoua. Lui, un Black, le garnement téméraire n'osait pas ouvrir ça ? Quelle ironie ! Il entama sa lecture et au fur et à mesure que la fine écriture défilait sous ses yeux il se raidissait.
 
Il lut comme ça pendant plus d'une heure, ne voyant le temps filer, comme absorbé et fasciné. Quand il le ferma il sentit sa tête devenir douloureuse, ses sens se voiler et ses yeux le piquer, devenant humides. Alors c'était ça qu'on lui cachait ? Toutes ses illusions se brisèrent. Alors tous les idéaux ancestraux de sa famille étaient débiles? Fondés sur un mensonge ? Toute son existence devenait fausse et une immense désillusion s'empara de lui. Il se sentit partir, comme flotter dans un nuage, autre part, aspiré dans le monde réel, happé par la vérité. Et avant de sombrer dans le sommeil il se jura de leur faire payer, regretter. Il ne serait pas un bon petit Serpentard pour leur faire plaisir. Non il serait à Gryffondor, traître à son sang s'il le fallait, mais il défendrait les nés-moldus des verts et argents, c'était une promesse.
 
"Don de naissance"

"Sorcier de droit"

"Puissant"

"Intelligent"

Non les sangs de bourbes n'étaient pas des voleurs...
 
~*~*~*~*~*~
THE END
~*~*~*~*~*~
 
Coucou c'est re-moi ! Alors je vous ai manqué ? Bien sûr que non avec les supers écrits de Marie vous n'aviez même pas remarqué mon absence T.T Comment ça j'essaye de noyer le poisson pour vous faire oublier à quel point ce OS est... court ^.^ Et puis zut avec moi vous avez l'habitude !! Si je l'ai écrit malgré le peu de chose que j'avais à dire c'est car j'adore ce personnage ! Bref je sais pas quoi dire donc je dis de la m*rde donc ça se voit donc j'arrête et donc je vous dis à demain en espérant que j'aurais écris quelque chose de plus présentable x) (record de "donc" !! I'm winner !!) Et n'oubliez pas, commentez ! xD
Votre Margaux

Tags : 11 décembre

12 décembre 12/12/2013

12 décembre
12 décembre
12 décembre

 
De rire et de larmes
 
 
« Lily ! » Cria t-il, assit sur la branche d'un arbre, ses frêles jambes de petit garçon pendant dans le vide en dessous de lui. Elle releva la tête, rencontrant des prunelles chocolat qui la dévisageait avec tendresse. Elle sourit, dévoilant ses dents blanches.
 
« Severus ? Mais qu'est ce que tu fais là haut ? » Demanda t-elle en riant joyeusement.
 
« Je voulais te montrer quelque chose... » Lui répondit-il mystérieusement avant de lui tendre la main pour qu'elle vienne le rejoindre. La petite fille fronça les sourcils, et secoua la tête.
 
« Je ne sais pas grimper aux arbres... Et puis je suis en robe. Si je me salie maman va... » Commença t-elle.
 
« S'il te plait Lily ! »
 
Devant l'air suppliant de son ami, la rouquine ne put s'empêcher de sourire, fit mine d'hésiter avant d'attraper fermement sa main. Il sentit sa peau contre la sienne, si douce, si chaude, et des papillons volèrent dans son ventre. Elle était si belle, vêtue de cette robe verte qui faisait ressortir ses cheveux flamboyants. Il l'a vit prendre appuis sur le tronc de l'arbre et se hisser doucement a ses côtés. Lorsqu'elle s'assit à ses côtés, si près de lui, il ne put s'empêcher de prendre a nouveau sa main dans la sienne, et elle ne sembla pas être gênée par cette proximité, au contraire même, puisque quelques secondes plus tard, il sentit sa main serrer tendrement la sienne. Il plongea son regard dans ses yeux d'émeraude, y admirant les différentes couleurs qui les composaient.
 
« Maintenant que je suis là... Que voulais-tu me montrer Severus ? »
 
Son front se plissa. Il avait presque oublier la raison pour laquelle il lui avait demander de la rencontrer ici a force de se noyer dans ses magnifiques yeux. Il lui sourit timidement avant de retirer sa main, presque douloureusement, de la sienne.
 
« J'ai travaillé sur ma magie récemment... » Dit-il doucement, sortant sa baguette de sa ceinture.
 
« Mais... c'est interdit pourtant ! » S'affola doucement la jeune fille, posant une main sur la baguette afin de l'empêcher de s'en servir.
 
« Ne t'en fait pas pour cela. C'est un sort tout simple, si faible que personne ne le remarquera, crois moi... » La rassura t-il, touché par l'inquiétude qui émanait de son amie.
Reprenant son sérieux, il murmura quelques mots de façon presque inaudibles et fit un mouvement circulaire de sa baguette. Soudain, autour d'eux, la nature se mit a s'agiter, les branches de l'arbres s'ornèrent de fleurs aussi blanche que la neige.
Severus avait les yeux fixés sur Lily dont les yeux brillaient d'émerveillement. Elle laissa échapper un petit « oh » surpris lorsque les pétales des fleurs qu'il venait de faire pousser se mirent a tomber tout autour d'eux.
 
« C'est magnifique ! » Murmura t-elle doucement, et son c½ur manqua un battement lorsqu'il remarqua les nombreux pétales qui s'étaient coincés dans ses cheveux. Il avança une main douce et commença doucement à les retirer un a un. Doucement, sa main se déplaça de sa chevelure à sa joue, caressant tendrement sa joue douce.
Il approcha lentement son visage du sien sans la quitter du regard. Leurs nez s'effleurèrent et alors qu'il allait poser ses lèvres sur celle rosée de la jeune fille, celle-ci, disparue de son champ de vision. Il entendit un cri, puis un bruit sourd.
 
« LILY !! » Cria t-il. Mais il était trop tard, la jeune fille était étendue par terre, face contre sol et ne bougeais plus.
Le petit brun sauta de sa branche, et en moins d'une demi seconde, il était penché auprès de celle qu'il aimait, le visage inquiet.
Le corps frêle de la jeune fille était secoué de tremblements, comme si elle pleurait. Il posa une main sur son épaule et une nouvelle fois répéta son nom.
La rouquine se retourna vers lui, et il soupire de soulagement s'échappa de ses lèvres lorsque le rire de Lily remplaça les sanglots auxquels il s'était attendu.
Elle ria ainsi si fort, qu'il ne put s'empêcher de rire a son tour, s'allongeant tout près d'elle.
Ils rièrent des minutes durant, si bien que des larmes se mirent a couler de leurs yeux sans qu'il ne puisse rien y faire.
C'était toujours comme cela entre eux, des rires et des larmes de joie.
 
« Je t'avais bien dit, je ne sais pas grimper aux arbres... » Remarqua la jeune fille une fois leur fou rire terminé.
 
« Tu ne te débrouillais pas si mal » Contra t-il gentiment.
 
Elle lui sourit, il lui sourit en retour, et tout revint parfaitement comme auparavant. Bien sur, aucun d'eux ne reparla de ce baiser manqué, ce fut comme si cet instant n'eut jamais existé.
Sauf dans le c½ur de Severus, qui garda toujours ce souvenir en lui, ce souvenir de sa Lily heureuse, souriante, et tendre avec lui, souvenir qu'il emporta avec lui jusque dans sa tombe.
 
~*~*~*~*~*~
THE END
~*~*~*~*~*~
 
 Me revoilà avec un OS Severus/Lily, mais celui-ci un peu plus heureux que le précédent, vous ne pensez pas ? Désolé si vous trouvez cela un peu trop court, mais en vue de tout les OS qui me reste a écrire, je n'ai pas vraiment le temps de beaucoup développer.
Voila voila J
A bientôt les z'amis pour de nouvelles aventures :D
Evil Bisous
Marie

Un énorme désolé....On à eu un gros problème de timing.... L'ordre est changé pour aujourd'hui, Marie m'a sauvé la mise !
Merci miss et encore désolée... - Margaux

Tags : 12 décembre

13 décembre 13/12/2013

13 décembre
13 décembre
13 décembre

 
Les marques indélébiles
 
 
Aimez-vous la neige ? Les jolis flocons décorant les ciels, le contact gelé et caressant de ces particules sur votre peau, le beau manteau recouvrant la nature... Lui il la haït. Froide, pâle, formatée au moule qui la contient. Elle lui ressemble mais n'est pas comme lui, c'est triste il aimerait pouvoir fondre, disparaître, s'absenter et se faire oublier jusqu'à la saison prochaine. Comme lui à cet instant, le lâche, le mangemort, elle est haïe, répandant le froid, mouillant les dalles, faisant glisser les moins attentifs. Et pourtant nous attendons qu'une chose, qu'elle revienne, les bonhommes de neige primant sur les rhumes. Si seulement on attendait qu'il revienne lui aussi... Pourtant seul Azkaban lui avait ouvert les bras et dehors, par la minuscule ouverture de sa cellule, la neige le narguait, en profitant pour le frigorifier.
 
C'était la journée des visites aujourd'hui et pourtant il n'attendait personne. Seuls les prisonniers considérés comme les moins dangereux avaient droit à ce privilège, privilège inutile car quiconque était là le méritait vraiment et était haï par les personnes "bien" au dehors. Ça allait faire six mois qu'il pourrissait là et personne n'était encore venu, il avait cessé d'espérer désormais. Considéré comme un traître et un mangemort à influence - lui ? Quel humour ! - par le ministère il avait été mis en détention jusqu'à son jugement, jugement dont il ne savait rien, même pas la date. Quelqu'un l'avait-il seulement défendu ? Bien sûr que non, il ne le méritait pas...
 
Des claquements retentirent dans le couloir habituellement silencieux où juste quelques râles de souffrance s'échappaient des cellules. On aurait dit des bruits de talon. Il ferma les yeux, imaginant celle qui pourrait ainsi arpenter cet enfer. Le bruit tintait élégamment, il n'était pas lourd et à l'oreille du détenu il semblait presque gracile. Que n'irait-il pas s'inventer pour sortir quelques instants de sa solitude... Et, quelques infimes secondes, il se surprit à espérer que cette personne, quelle qu'elle soit,  vienne le voir lui. C'était futile mais malheureusement il n'avait que ces maigres rêves pour s'occuper l'esprit.
 
La poignée devant lui s'affaissa.
 
~*~*~*~*~*~
 
Elle aimait la neige, la sublime danse que cette dernière exécutait lorsqu'elle tourbillonnait dans l'air. Elle était belle mais aujourd'hui elle la faisait pester. La tenue qu'elle avait arborée pour se donner un air distingué, d'importance et assuré n'était franchement pas adaptée à ce temps hivernal. Ses talons s'enfonçaient dans le sol meuble et ses vêtements étaient loin d'être assez chauds.
 
Hermione aurait préféré ne pas être là, son mal être se percevait d'un bout à l'autre de l'édifice. Foutu ministère... Oui elle avait tenu à assurer la défense de Malfoy junior mais elle ne désirait pas pour autant se rendre dans la prison la plus sécurisée de Grande-Bretagne pour lui annoncer la remise de peine qu'elle avait obtenue. Elle s'arrêta devant la porte qu'on lui avait indiquée. Beurk... Elle ne voulait vraiment pas le revoir mais le juge énervé par la réussite de la jeune fille l'avait en quelque sorte puni pour son affront. La prochaine fois elle s'abstiendrait. Elle respira un grand coup et ouvrit.
 
La porte grinça, elle la jeune fille déboucha sur une petite pièce sombre, crasseuse et dont la seule source de lumière semblait provenir de la minuscule ouverture dans le mur, ouverture par laquelle la neige semblait la narguer, lui criant "tu as vu ? J'ai trempé le bas de ton joli pantalon !". C'est seulement après cette constatation plus qu'essentielle qu'elle le remarqua. Il était avachi, écroulé sur le sol, le teint cireux, les traits encore plus maigres qu'à l'accoutumé. Il faisait pitié à voir dans ses vêtements crasseux, décoiffé et surtout l'air plus faible que jamais. En le voyant ainsi n'importe qui aurait pu croire à un cadavre, d'ailleurs c'était à ça que l'adolescent s'assimilait, une masse informe et vidée de l'envie de vivre.
 
Il la détailla du regard. Pourquoi était-elle là ? Pour se moquer de lui ? Lui montrer qu'après tout ce qu'il lui avait fait elle se réjouissait de sa condition ? Et ces fringues ? Franchement elle n'avait rien trouvé de mieux pour rendre visite à un taulard ? C'était une tenue de bureau point. Elle avait bien changé en six mois. Elle semblait fatiguée, lassée par tout ce qui s'était passé.
 
Elle referma derrière elle et se laissa glisser le long de la porte. Ils restaient en silence, comme ça, sans même se regarder, tous deux exténués par des événements les dépassants complètement. Ils n'étaient que des enfants après tout... Des enfants qui n'avaient rien à faire dans la peau d'un mangemort ou d'une aurore. La situation devenait gênante et, après un léger raclement de gorge, Draco prit la parole.
 
- Je peux savoir ce que tu fais ici ? sa voix était dénuée de toute émotion. Malgré son énervement lorsqu'elle avait franchi le seuil sa haine s'était dissipée. Lui en vouloir ne servirait à rien, il était le seul responsable de ses actes. Et puis sa méprise envers les sangs-de-bourbes lui avait déjà causé assez d'ennui, surtout qu'il s'était énormément acharné sur cette miss-je-sais-tout durant sa scolarité, elle ne le méritait pas.
 
- Je viens t'annoncer ta remise de peine, tu sors à la fin du mois.
 
- Mais comment ?....
 
- J'ai plaidé en ta faveur lors du jugement de ce matin. Tu n'étais pas maitre de tes actes et ton père t'avait obligé. Tu restes quand même un petit con prétentieux mais tu ne mérites pas Azkaban. Adieu Draco, dans une vingtaine de jours tu seras libre.
 
- Attends ! Pourquoi as-tu pris ce risque ? Tu es tellement aimée !
 
- Trop surement... Je ne vis plus, trop d'horreurs se sont passées. J'espère que toi tu te relèveras.
 
- Dis-moi pourquoi.
 
Elle releva sa manche, là où sa cicatrice barrait sa peau.
- On a tous des marques indélébiles, c'est dur d'être détesté du camp adverse.
 
Et elle sortit.
 
 
~*~*~*~*~*~
THE END
~*~*~*~*~*~
 
Désolée pour le gros bug d'hier, on s'est retrouvé débordé par un imprévu.
Bon d'accord je l'avoue c'est un peu (beaucoup^^) nul et mal écrit. Je suis désolée, vous devez regretter Marie... Bref pas grave, au moins j'ai réussi à le finir dans les délais !! N'hésitez pas à donner votre avis, positif ou négatif ! x)
Bisou et à demain !
Votre Margaux

Tags : 13 décembre

14 décembre 13/11/2013

14 décembre
14 décembre
14 décembre

 
Les heures immobiles
 
 
Tout s'arrêta. Les secondes, les minutes et les heures. Tout, comme si plus rien n'existait, comme s'il ne restait que lui au milieu du silence assourdissant résonnant dans ses oreilles. Sa raison s'était perdue dans les méandres de son esprit et la seule chose qu'il parvenait à faire c'était hurler à côté de son corps sans vie, figé à jamais. Des larmes ruisselaient sur ses joues. Pourquoi ? Pourquoi lui ? Pourquoi Fred ?! Il frappa le cadavre, lui ordonnant de se relever, de ne pas l'abandonner. Il sentait des mains essayer de le retenir, des voix murmurer des choses inaudibles. Il aurait aimé leur dire de se taire, de le laisser mais même ça il n'y parvenait pas. Il n'y avait qu'eux. Lui et son frère. Lui et celui qui remplissait sa vie. Pourquoi lui n'avait-il reçu qu'un malheureux sort sur l'oreille ? Il aurait dû être là ! À la place de son frère... Ce n'était pas juste. Pourquoi les gentils devaient-ils mourir ? Pourquoi les deux côtés de l'équation devaient-ils souffrir ? Seuls les mauvais le méritaient ! Fred...celui qui l'avait fait tant rire, celui avec qui il avait tant partagé. Pas un seul de ses souvenirs n'était pas empreint de sa présence. La moindre gaffe ils l'avaient faite ensemble. Fred était là lorsqu'ils avaient saccagé les examens dirigé par cette vielle peau de Dolores, leur plus beau coup il devait se l'avouer ! Il était également là lors de l'achat de leur magasin, il en était le patron, tout comme lui ! Jamais ils ne faisaient quelque chose séparément, c'étaient les inséparables jumeaux Weasley ! Et pourtant, aujourd'hui, alors que les heures restaient immobiles, il se retrouvait seul et il avait mal.
 
~*~*~*~*~*~
 
Deux ans... Demain ça fera deux ans. C'est long deux ans... ça fait 730 jours. 730 jours qu'il ne vivait plus, qu'il ne riait plus. Il se sentait affreusement seul. Il avait vendu son magasin  et restait enfermé dans sa chambre à regarder ses anciens albums de photos. Sa mère refusait que le nom de Fred soit prononcé, elle avait énormément de mal à s'en remettre et passait tout son temps à s'occuper de Ron, son « héros qui avait besoin d'oublier », pour se changer les idées. Son père, lui, passait tout son temps au ministère, la guerre y avait foutu la pagaille et rien n'était encore totalement réglé. Ron et Ginny étaient toujours fourrés avec Harry et Hermione, ils étaient encore tristes mais c'étaient fait une raison. Ils évitaient juste d'y penser ou en parlaient comme d'un vieux souvenir. Ça le rendait malade... Ils n'avaient pas le droit ! Et Percy, Bill et Charlie qu'il ne voyait jamais... Sa famille le laissait entièrement tomber, l'abandonnant à sa douleur pour apaiser la leur. Mais imaginaient-ils une seule seconde ce qu'il endurait jour après jour ?! Lui le jumeau privé de sa moitié.
 
Alors, pour la première fois depuis deux ans il quitta l'intérieur du terrier. Il vagabonda durant un temps indéfini dans le terrain de la propriété et acheva son périple sur un des petits vallons. Sa tombe était là, petite, sobre, presque triste, sans fioritures n'y arbre pour la couvrir. Il faisait chaud et le soleil brillait au zénith. C'était une belle journée, une journée parfaite. Il s'allongea doucement sur la pierre brûlante, déboucha la fiole de potion qu'il avait préparée le matin même, la but et ferma les yeux, poussant un soupir de soulagement.
 
« Me voilà enfin...mon frère. »
 
~*~*~*~*~*~
THE END
~*~*~*~*~*~
 
Avec beaucoup de retard voilà ce mini OS assez triste. Je voulais absolument en faire un sur les jumeaux qui font parties de mes personnages préférés.
Ça vous a plu ?
Bisous
Votre Margaux

Tags : 14 décembre

Nous sommes désolées 14/12/2013


 
Depuis plusieurs jours nous avons beaucoup de mal avec le timing. Nous avons eu un énorme travail imprévu et demain nous partons en voyage scolaire. Les OS ne pourront pas être postés durant ce laps de temps nous en sommes vraiment désolées. Ils auraient dû être finis avant. Nous remercions infiniment celles qui ont suivit et commenté à chaque chapitres. Personnellement ce contre temps m'a fait pleurer car je tiens énormément à ce projet (Margaux). Pardonnez nous.... 
 
On vous aime !

Tags : Désolées...

THE END 07/12/2013

THE END

 
Voilà... C'est triste à dire mais l'aventure se termine ! On a pris énormément de plaisir à faire ce Challenge. C'est 25 jours ont été ponctués de stress et d'insomnie pour finir à temps, de bonheur en faisant vivre notre passion, l'écriture et surtout de joie et d'émotions en lisant vos commentaires ! Nous espérons vous avoir fait rêver, voyager, découvrir le merveilleux monde d'Harry Potter avec nos yeux ! 
 
Nous vous remercions, vous tous qui avez kiffé, commenté, lu et fait vivre ce blog. Vous qui nous avez donné envie de continuer et de faire toujours mieux pour vous satisfaire et vous faire plaisir. VOUS ! Merci infiniment, on vous aime !
 
Personnellement je ferai tout pour pouvoir recommencer ce challenge l'année prochaine car cette année je me suis vraiment éclatée. Je tiens à remercier tout particulièrement Marie sans quoi tout ça n'aurait jamais été possible... -Margaux-

Nous n'avons pas réussi à aller jusqu'au bout, les devoirs, notre semaine de voyage scolaire, les vacances remuantes etc. nous en ont empêché. Vous aurez surement les derniers OS, nous ne savons pas quand mais nous ferons tout pour qu'ils soient à la hauteur de vos espérances. En attendant nous vous souhaitons de bonnes fêtes de fin d'année. Passez du bon temps avec vos familles et vos amis, profitez des vacances, savourez vos cadeaux !

Bisous et nous espérons à bientôt pour la fin
M&M


THE END

 .JOYEUX NOËL ET BONNE ANNÉE A TOUS !!!!!.
 
THE END

Tags : THE END